Ce matin, mon mari m'a demandé de faire une petite liste des choses qui me feraient envie pour se rattraper d'une fête des mères sans cadeau. Il m'avait bien dit qu'il n'avait rien acheté, pas le temps/pas pensé/ tu m'as dit que tu n'avais besoin de rien. C'est vrai, je n'ai pas vraiment de besoins. Juste des envies. Des envies de livres, de CD, de fringues, de sorties, de déco ... Des envies passagères, qui repartent comme elles sont venues, d'autres envies plus tenaces auxquelles on cède si on en a vraiment très très envie, et puis d'autres qu'on garde en réserve parce que là tout de suite, ce ne serait vraiment pas raisonnable (un nouveau canapé, une cuisine aménagée, de nouveaux meubles pour le salon, vous voyez le genre d'envie qui méritent de patienter un peu).

Je me suis donc penchée sur la liste de ces petites choses qui me font envie, celles que j'aurais pu acheter à l'occasion - ou pas. Des petites choses bien précises, faciles à trouver.  Il pourra même donner la liste à la vendeuse parce que je sais que le shopping version fille c'est pas franchement son truc. 

J'ai choisi des livres, dont celui de Camille Anseaume "Un tout petit rien" et celui "Cook do Brazil" de Julie Schwob, parce qu'ils me font très envie et que j'aurais fini par les acheter. Et aussi des CD. Peu importe ce qu'il choisira et combien il en choisira. Je me réjouis de les imaginer tous les trois dans le magasin, réunis pour me faire plaisir. Je souris à les imaginer en train de chercher le bon livre, le bon CD dans les rayons, de passer trois fois devant peut-être et de finir par demander à une vendeuse qui leur dira que non, ils ne l'ont plus celui-là. Le Petit Loupiot va sûrement s'installer dans un canapé et feuilleter des Mini-Loup/Tchoupi et compagnie, le Grand lui va sûrement demander à aller jouer à la console au rayon jeux vidéos pendant que mon mari arpentra le rayon BD à l'affût des nouveautés.

J'imagine les bouilles conspiratrices des loupiots qui ne savent pas que maman sait qu'on lui a acheté un cadeau, leurs bouilles de "regarde maman ce que papa nous a achetés" et la mine du papa soulagé de s'être rattrapé qui en aura profité pour se faire plaisir aussi. 

On dit que c'est l'intention qui compte. Et ce qui me fait le plus plaisir, ce n'est pas forcément ce qu'ils auront choisi, mais l'attention qu'ils auront apporté à me faire plaisir à moi, que ça leur ai fait plaisir aussi à eux. Ça en fait du plaisir ! 

039

 

* * * 

Ça c'est la version romancée, celle que j'ai écrite ce matin, la version que j'aurais dû publier avec les photos du cadeau bien entendu. Mais la liste, il ne l'a pas vue sur la table de la cuisine, il a supposé que je ne l'avais pas écrite, il a aussi supposé que je n'avais envie de rien puisque non, je n'avais rien vu qui m'intéressait (je n'ai même pas cherché à dire vrai). Je ne suis pas déçue, malgré les suppositions et les bugs de communication, c'est l'intention qui compte ... 

La liste est bien rangée, il ira chercher mon cadeau cette semaine avec les garçons - s'il y pense - et je pourrai appuyer sur la touche "replay" pour revoir la version romancée.

 

 

* * *

Sur la photo, c'est le dernier album de Lykke Li, une de mes envies qui est venue mais qui n'est pas repartie.

Ecoutez-le, il est juste sublime.